Mais ou sont ils?



 Quelle chance de pouvoir pêcher dans un tel cadre, cela ferait presque oublier les bredouilles


Mais ou sont ils! voila un titre qui résume assez bien la situation de ces dernières semaines, malgré de nombreuses virées sur les baïnes rien n'y fait,  je n'arrive pas à toucher une grosse louvine,
j'imagine qu'il doit bien y en avoir quelques' unes qui trainent mais j'avoue ne pas avoir eu la chance de tomber dessus, ce n'est pourtant pas les touches qui manquent, mais elles sont la plus part du temps causées par des poissons qui ne se piquent pas, comme des bars à peine maillés, des petits chinchards ou autres grondins, en gros c'est pas la fête, heureusement que l'espoir de toucher un gros poisson ne quitte jamais l'esprit du pêcheur de baïne car il lui serait assez facile de craquer et de tout laisser tomber tant cette pêche est parfois difficile.
Le seul conseil que je peut donner a ceux qui se retrouvent dans ce cas c'est au contraire de ne pas laisser tomber et d'insister encore et encore jusqu’à ce que cela marche, cela m'arrive à moi aussi très souvent de douter, mais le jour ou la roue tourne et que le gros poisson tant attendu se manifeste je me retrouve immédiatement regonflé à bloc pour des semaines à venir.

la délivrance.

Comme je l'écris plus haut c'est souvent lorsque l'on y croit plus que le poisson tant espéré se manifeste, ces deux spécimens de 52 et 48 ne sont certes pas des monstres mais ils suffisent à me redonner espoir pour mes sorties futures.

 louvine  de 52

                                               
un autre de 48 plus élancé



Quelques petits au yeux plus gros que le ventre viennent tout de même égayer les sorties

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Test de ma Sakura Golden bay

Côte basque et landaise.

C'est reparti

Un dernier bar et je rentre.

Le sandre, une vielle histoire.